Friday, 13 January 2017

Agadir Sunset at the Sofitel by Joe Pollitt

 

 



















Photos by Joe Pollitt

21 Sunsets over Agadir by Joe Pollitt


Sunset over Agadir | Joe Pollitt



















Photo and Author: Joe Pollitt


Woke up early for the 9.50 flight to Agadir out of London, Gatwick and arrived just before 7am on a brisk and frosty, bitterly cold, finger nipping, abject winter’s morning. First things first, I made my way to the Weatherspoons Café for breakfast. Perhaps, the worst English breakfast in the whole of the kingdom. The price was twice that of the usual but with less than half the appeal. To say it was atrocious would be somewhat overselling the efforts and poor quality ingredients that had gone into the making of my departing meal. The bar were quick to take my money and minutes later arrived with a plate, full of regret. My tired, dismissive waitress frantically plonked it down on the table with a wily smile and left as quick as a thief in a jewellery shop. The beans were micro-waved, which created an orangey film on the top that clung to the sides of the small rounded brown pot and looked like the saggy underarm skin of an over-tanned elderly sex tourist.  The bacon was cold, tough and dry, testing out my teeth with the chewing. The dirty looking sausage was full of nodules shaped as cubes of tainted lard. The fried egg was hard, the yoke had separated from the whites and now was placed miserably on the right hand side on the platter, fashioned like a portion of stiff yellow paint that had been neglected, left out on a tray for days. The meagre 2 and half wrinkled cheerless tiny mushrooms were the only redeeming features on the serving dish. Bashfully, I had asked for a cup of fresh coffee rather than be seen drinking at the early hours of the morning, like some -jobless loser with nowhere to go but down. What a mistake to make, the coffee was instant, tepid on the tongue with that flavourless dishwater taste of sheer disappointment with every sip. I sat outside the kitchen, snarling at the blissfully unaware waitresses and the smug talent-less chefs as they walked by. Alone, perched on my purposefully awkward high stool I sat, stunned at the quality or lack there of, feeling less than filled up but rather plainly ripped off. Completely thwarted but far too English to complain, I returned to the bar with a frown; ordered my pint of Stella with a large whiskey chaser and nursed them until the gate opened and it was time to board the plane. The whole experience had put me in the perfect frame of mind for leaving the country in search for better times.

The passengers on the flight were all in a good spirits; the couple next to me were celebrating their 50th Wedding Anniversary and heading to the sun for golf and relaxation in their all-inclusive. Although now retired, they had both worked together as coach driver and administrator for their own small family firm in Somerset. They had skilfully secured lucrative contracts from the Council to pick up school kids and take them to various locations coupled with hiring their coaches out for various events and special occasions. It seems their lives had been well lived and they spoke fondly of their children and grandchildren, all of whom had done exceptionally well in one-way of another. It was great to hear them talk together, often speaking over each other, both eager to express just how proud of their family achievements they were. They spoke with such excitement and good energy, so positive about the future that they were hardly likely to see, but their confidence in their family meant everything. Secretly, I felt jealous, then bored solid and then came the shame inside but I think I managed to get away with it and held it together well after ordering 2 more cans of Stella off the trolley. Fifteen minutes later, when I had told them of my interest for Africa and their eyes glazed over after the fifth minute, they settled down to snore. Mouths open gasping for air they took their naps before landing. How they both managed to complete an 18-hole golf course, what with Sheila’s hip and Ron’s triple by-pass was beyond me. I, on the other hand, was far from over, as the plane landed I started to clap as loud I could to celebrate my arrival in one piece. “Great Landing” I shouted whilst clapping and then twisted my head around aisle seat 5D only to be confronted with a now barrage of screwed up faces of hate and disbelief from the rather anger holidaymakers. “What? You’re not happy to be alive? Just me then”, I shouted back at them and woke my elders gently and waited impatiently to disembark…Nobody wanted to know me right from the start…thank God or Allah that I’d left my passport in the back of the seat tray so had a marvellous excuse to be last. And so began my wonderful adventure for 2017 – 21 Sunsets in Agadir.

Beach in Agadir | Joe Pollitt



















My party had gone before me and I was left on my own in Agadir Airport. A no woman’s land let alone a nomans land but soon Hamid McMohammed came and unashamedly lifted up a clear sign under my nose with a note that stated: “English Loser – 21 Nights, Hotel Al Moggar” and I reading those words in black and white I just knew he was my transport, my hotel connection to Hotel Al Moggar, so I agreed to go with him, alone in his 12-seater van. I foolishly told him, or maybe he cleverly elicited that I had bought duty free whiskey and when I said. “Yes Johnny Goodness Walker Double Label my lovely MacMuslim”, the next thing I heard where the wheels screeching and skip and we came to a full stop. There on the side of the motorway, semi parked in the middle of the road my semi-secure driver Hamid Mchammed Hamid drank my Double Black Label from the bottle like a greedy 2-month old baby. On that day, Johnny Walker made a Moroccan driver more like Michael Shoemaker from Europe look like a blind elderly driver with a fear of passing other drivers issues... The entire 12-seater took on a rally effect. Agadir the mental, fast tourism, sight seeing at speed and the only true way to see the city and it’s outskirts in a 5 day trip of the Berger people…You know how the Muslims love to fast..fast and as fast as possible. We ended up in the hotel an hour before booking, even though I was 3 hours late in the starting….Only in Morocco.  .I arrived in the hotel confused, fired up and excited about the sunset and wanted so desperately to be booked in to ready myself for sunset..all I got when I looked out of the window was a red stream of after sunset “Agadusk” light and I wondered how do I explain this redness..this really new red, virginal red line in the sky….?  How to describle this youthful redness? This playful red that wanted to show itself for the very first time and be proud. Years in the making and others so red in comparison. It was about time for the red to show it’s spread right across the skies. Better late than never but what a public display of a personal friend’s daughter who had been waiting for this moment since 12 and is now 25... How to describe this after sunset loveliness with this moving-into-womanhood red that can be so often seen in the “Agadusk”.
 

Sunset near the Sofitel | Joe Pollitt




Monday, 5 December 2016

GÉANT DE L’AFRIQUE, OUSMANE SOW by Keilah Wells



Ousmane Sow avec guerrier Massai


À bien des égards, c’est un profond changement dans l’Art. Ce qui explique Ousmane Sow est cette ancienne Yoruba et Mali méthodes de sculpture sont supérieures à celles de l’Europe car ils ont plus de flexibilité. Certaines de ses sculptures originales en plus tard sont impossibles à reproduire en bronze ou en or, comme le support est trop lourd et trop restrictive pour afficher ce qui est physiquement possible dans la sculpture. La primitive est parfois supérieure à ce qui est considéré par beaucoup d’être civilisé.
L’artiste africain controversée, le sculpteur Sénégalais Ousmane Sow, est décédé à l’âge de 81 ans. Ét travaillé sans interruption en tant qu’artiste ; comme un enfant qui grandit à Dakar, il a fait des figurines d’action qu’il partageait avec ses amis et utilisé pour composer des récits de fiction. Il a travaillé sur le modélisme et animations à Paris pour des décennies, même transformer son bureau de physiothérapie dans son studio. Il a produit un film court 16mm sur un groupe d’extraterrestres flamboyants visitant la planète terre, mais sa carrière a commencé seulement une fois qu’il était retourné en Afrique et s’installe dans son bien-aimé Dakar, à son début des années 50. Tout au long des années 1980 et 1990, truie produit un immense corpus de œuvres en utilisant les techniques et les matériaux africains. Son premier grand succès est venu avec ses sculptures de plus-que-vie des lutteurs soudanais nubien, au Centre culturel Français de Dakar en 1987.
Massai Series

Zulu Series
Viennent ensuite la Maasia, du Kenya et de Tanzanie explorer leurs capacités de chasse exceptionnelle et leur lien avec la nature sauvage du Serengeti, puis les guerriers zoulous du Kwzulu-Natal, Afrique du Sud et de leur force et l’unité parmi les tribus plus résistantes en Afrique. Enfin dans cette première série, il a exploré la beauté renversante trouvée dans des nomades Peuls islamique du Sahel et Afrique de l’Ouest, dont les caractéristiques sont apparentées à celles trouvées dans le moyen-orientaux avec leurs peaux brun doré. La série nubien était un exercice anthropologique de l’artiste et un large regard sur les différentes variétés de peuples qui se trouvent sur le Continent de l’Afrique.

Fulani Series
Réveillé par la cinéaste allemande Leni Riefenstahl et ses livres photographiques sur les Nuba et le peuple de Kau du Soudan. Une série d’images appelés Mein Afrika a été traduite en 1982 et renommé, Afrique en voie de disparition. Truie, il semblait assez pervers pour un cinéaste allemand, qui non seulement soutenu mais créée de propagande pour le NSDAP d’Adolf Hitler, devrait être l’artiste pour enregistrer la vie des africains. Avec ambition, il a assumé le rôle vital d’anthropologue africain et calmement et méthodiquement décidé relater la multiplicité de l’Afrique à l’aide de techniques sculpturales africaines anciennes et modernes et permettant enfin une perspective africaine sur les populations africaines. Pendant plusieurs années, il a créé une série de sculptures énormes exposer la diversité du Continent.

Nubian Wrestlers

Les lutteurs nus étaient tout à fait choquants lorsque présentée pour la première fois à l’extérieur du Centre culturel Français dans la ville musulmane de Dakar. Leur présence et majestueux won de la domination du grand artiste acclaim et par truie 1993 a été sélectionné pour la Documenta à Kassel (Allemagne) et la Biennale de Venise deux ans plus tard. Cosmique succès suivi et réaction du public aux œuvres de truie étaient plus comme les fans à un concert de rock ou de regarder leurs films préférés de leurs meilleurs réalisateurs amateurs de cinéma. Les œuvres semblent prendre vie de leurs propres et les réactions ont été profondément privées et affecté chaque personne différemment. En 1998, il a pris sur son plus grand défi, les américains et créé, ce que beaucoup considèrent ses chefs-d'œuvre, 35 œuvres dans ses Amérindiens série, quelques-uns il mis à cheval, certains avec des fusils d’autres avec des arcs et des flèches, tous les combats pour la victoire contre le général Custer à la bataille de Little Big Horn en 1876.

Mere et Enfant

Né en 1935, Sow a grandi dans le quartier animé de Reubeuss à Dakar. Il fut élevé par son père discipline, Moctar et sa mère robuste de Saint-Louis, Nafi N'Diaye. À l’âge de 7 ans, il fréquente un Lycée Français et docilement pratiqué l’Islam après l’école et Pendant les week-ends. Plus tard, alors qu’en France, il trouve du réconfort dans la méditation et l’hindouisme avec une profonde croyance en la réincarnation. Dans la maison qu’il a construit à Dakar, il a fait la meilleure chambre dans la maison, sa chambre de méditation.


Son intérêt pour la sculpture était évident dès son jeune âge. Dans son adolescence, il a exploré différentes formules avec des colles et matériaux fondus s’accumuler diverses figurines. En 1957, après la mort de son père, Sow a décidé de quitter Dakar, même s’il était sans le sou. Sénégal à l’époque était une colonie de la France et en tant que membre de l’un des semer de départements Français était un citoyen Français. Attitude de l’artiste envers la vie est rappelée par une conversation avec le journaliste Français, Marie-Odile Briot. Dans son enfance quand on lui demande si il pourrait attraper la lune il sauta du lit, mettre sur ses chaussons et il a donné son meilleur coup.

Une fois en France, semez trouvé un logement temporaire dans les divers commissariats autour de Paris et ramassé progressivement fugace des emplois afin d’obtenir. Ayant un intérêt dans le corps humain il a assisté à un cours de massage, qui lui a valu un diplôme en soins infirmiers de l’hôpital Laennec. Il a ensuite étudié avec Boris Dolto, un pionnier en orthopédie et en kinésiologie en France. Ses compétences professionnelles comme physiothérapeute fourni la stabilité financière mais aussi la compréhension essentielle et connaissance du corps humain, qui est devenu si précieux dans sa vie postérieure.

Battle of Little Big Horn

Cahier des charges était un maître d’exagération avec une compréhension fondamentale de l’anatomie humaine analytique. Il a pu se plonger dans sa familiarité avec les muscles reposants par opposition à ceux qui se contorsionner. À bien des égards, cet artiste était une énigme qui a trouvé extraordinaire succès mondial. Son ascension météorique sorti de nulle part mais Sow avait patiemment travaillé sur idées depuis première montrant son bas-relief intitulé, tête de maure au Festival mondial des Arts Nègres (FESMAN) en 1966. Ses œuvres sont authentiquement africains extraite de différentes techniques sculpturales de l’Afrique de l’ouest en particulier, chez les artisans de Nok d’Ife, Nigeria. Semer sculpté sans un modèle et fait rarement des croquis. Le secret de ses mensonges de succès dans l’alchimie de son médium à la main, un certain nombre d’ingrédients très prisés comme mère de la terre rouge, sable, du vinaigre et autres matières confidentielles ont été placés dans des barils, transformés en pâte et gauche pour infuser au fil du temps. L’ensemble du processus est une forme d’art en soi, qui a donné l’artiste autant de plaisir que la création de ses sculptures massives. Une fois que les modèles étaient habillés et farcies il a appliqué à la main, sa mystérieuse recette toxique sur une ossature de métal, de paille et de jute, permettant la nature pour faire sa magie et donner le milieu de sa propre liberté pour durcir sous le chaud soleil de Dakar. Cette approche est par nature artistique, mais aussi profondément enracinée en Afrique. Dans la première phase de son travail, la série nubiennes, les chiffres gargantuesques rencontrez comme plutôt sévères, les sculptures sont lisses, solide et tendue ; leurs postures et rigides... presque obstiné. Ce qui est si impressionnant, c’est que pour la première fois, nous voyons un artiste africain jouant anthropologue, non seulement fait il grossir celles du Continent mais donc avec les formes traditionnelles africaines antiques de sculpture qui date du XIème siècle.

Battle of Little Big Horn
Dans la deuxième phase de sa vie artistique, les techniques de la truie a changé légèrement et dans la bataille de Little Bighorn | L’américain effet au Whitney Museum en 2003 nous voir beaucoup plus rude, plus grossier et plus ambitieux œuvres exposées. Les chiffres sont audacieux dans leur couleur et truie gauche des trous dans les cadres et à l’aide de son nouveau brûlé technique, a été en mesure de faire des sculptures plus malléable et plus dramatique. La matière grise sur les chevaux vient de faire fondre les morceaux de plastiques colorées qui créent une finition remarquable. Le résultat final est une magnifique production de 11 chevaux et l’humain 24 figures incroyables positionne jamais avant vu. Ce cahier des charges a gagné la réputation comme l’un des plus grands sculpteurs de tous les temps.

Ousmane Sow | Le Pont Des Arts

Au printemps de 1999, à l’invitation de la Mairie de Paris, l’artiste expose un des événements plus spectaculaires de mémoire d’homme, sur le pont des Arts. Le spectacle a attiré plus 3 millions de visiteurs et les médias Français a même averti que l’afflux de tant de spectateurs porterait atteinte à l’intégrité du pont lui-même. L’exposition comprenait soixante-quinze des œuvres colossales de la truie, comprenant des membres de la série nubien, ses Amérindiens et diverses figures emblématiques. Ces œuvres grandioses ont été exposées entre le Louvre et l’Académie française. Il s’agissait d’un spectacle impressionnant de proportions épiques, qui a remporté l’artiste adoration et l’admiration du public Français.

Dancer with the short hair
Après son succès de l’exposition 1999, il a commencé à utiliser une fonderie de bronze d’exprimer certaines de ses œuvres antérieures. La plus belle qui est danseuse aux cheveux courts. Dans la région reculée de Kordofan, dans le sud du Soudan, où vivre les Nuba, jeunes vierges dansent la myertum, la « danse de l’amour ». Les jeunes danseurs enduisent leur corps noire ou rouge de la terre pour se rendre à apparaître plus athlétique et plus désirable. Ils exécutent une danse de séduction ludique spéciale pour les lutteurs victorieux, qui sont assis en cercle, les yeux baissés par respect, après le combat de cérémonie annuel. Le bronze est le support idéal pour ce chef de œuvre magnifique, par sa qualité sombre, chatoyante et raffiné de sa finition, il est en mesure de reproduire parfaitement la beauté naturelle de la danseuse aux cheveux courts.


Le 11 avril 2012 ét a été élu pour devenir un Membre Associé Etranger (« membre associé étranger ») de l’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France, remplaçant l’artiste américain, Andrew Wyeth. Il devient le premier artiste africain jamais à se faire élire à l’adhésion.

Toussaint L’Ouverture and the Old Slave
Dans la même année, sa sculpture « Toussaint Louverture et le vieux Slave » était la pièce maîtresse à la mosaïque africaine au Musée National d’Art africain à Washington. Ce travail a été acquise par le Musée et en vedette dans le bicentenaire de la révolution haïtienne, le œuvre célèbre Toussaint L'Ouverture qui a dirigé une révolte des esclaves en Haïti depuis le 21 août 1791 à 1er janvier 1804.

Ses derniers travaux, le paysan, une commission du Bureau du Président de la République du Sénégal. Le travail doit être en bronze et installé devant le Centre International de conférences Abdou Diouf à Diamniadio, près de Dakar. Ousmane Sow a terminé sa dernière œuvre, un mois à peine avant sa mort. Son héritage incroyable est assuré et son engagement pour toutes les choses de l’Afrique.


Ousmane Sow, né le 10 octobre 1935 au 1er décembre 2016, il laisse derrière lui une nouvelle génération de sculpteurs impressionnants du Sénégal, Seni Awa Camara, N'Dary Lo, Mamady Seydi, Cheikhou , Henry Sagna et Abdala Faye.


Author: Keilah Wells